Cap sur les élections professionnelles à la mairie de Lille

Publié le 30/08/2018

Disponible, à l’écoute et forte de propositions sur mesure pour faire progresser tout le personnel communal, la CFDT de la mairie de Lille obtient des résultats et se développe à grande vitesse.

Applaudie au dernier congrès confédéral de Rennes, la section CFDT du personnel communal de Lille-Hellemmes-Lomme a remporté l’un des trophées du Challenge développement, auquel elle s’était inscrite avec 89 autres sections. Lauréate dans la catégorie « Nouvelles adhésions », la section a gagné 159 adhérents pendant la période du challenge, de mai 2017 à mai 2018, et une trentaine d’autres depuis. « S’il est vrai que le challenge nous a donné des ailes pour décrocher un prix, notre méthode de syndicalisation a déjà quelques années », explique le secrétaire de section, Jean-Claude Vanlandeghem, à temps plein depuis 2012. À l’époque, la section comptait 240 adhérents et deux permanents, lui compris. Il s’est tout de suite mis en tête de préparer les élections de 2014 afin de faire remonter la CFDT, quatrième organisation syndicale derrière la CGT, l’Unsa et FO. Pari gagné : en 2014, la CFDT est parvenue à devancer l’Unsa et la CGT et à se placer juste derrière FO. En 2018, elle espère enfin décrocher la première place, une perspective réaliste vu les derniers résultats obtenus en matière de développement. « Un adhérent, cela peut représenter deux ou trois voix, affirme Halima Matoug, responsable de la syndicalisation. Alors on pense qu’il y aura le compte, cette fois ! »

Une approche syndicale qui intègre les cadres

« En 2012, nous avons mis en place une nouvelle politique de suivi du dossier des agents, poursuit Jean-Claude. Lorsque l’on venait nous rapporter un problème, nous prenions systématiquement contact avec le cadre du service. Cela nous permettait d’avoir un autre son de cloche, et notre démarche a été particulièrement appréciée des cadres, chez qui notre nombre d’adhérents et de sympathisants a considérablement augmenté. En 2014, 50 % des suffrages cadres [agents de catégorie A] se sont exprimés en notre faveur. Les cadres avaient donc besoin de se sentir défendus par la CFDT, au même titre que les autres agents. »

C’est ce qui a poussé Carole Mottez à intégrer l’équipe il y a trois ans en tant que référente cadres au sein de la section. Pour cette catégorie d’agents, elle a notamment développé « La Lettre des cadres » (une newsletter trimestrielle) en plus de la communication adressée à tous les agents. Elle organise également des réunions spécifiquement destinées aux cadres sur de

     

Actions ciblées selon les besoins des agents
Pour les agents de catégorie A, la section a développé des services spécifiques. Une newsletter cadres, des réunions, des permanences à des heures méridiennes afin qu’ils puissent se rendre au local syndical. Pour les agents des catégories B et C, les militants de Lille organisent des réunions sur site qui permettent de leur donner des informations sur leurs droits et devoirs de fonctionnaires et les aider à s’approprier les clés de l’administration pour laquelle ils travaillent.

Présents ou joignables tous les jours !
« On arrive tôt le matin, on part tard le soir… On est là ! », souligne Halima Matoug, de la section CFDT de la mairie de Lille-Hellemmes-Lomme. En cas d’absence, les numéros de portable des quatre permanents de la section sont affichés sur la porte. Les heures de délégation sont réparties au sein d’une équipe de 18 militants pour pouvoir être le plus possible sur le terrain.

Une aide aux agents dans leurs parcours professionnels
La section a mis en place sa méthode de sécurisation des parcours professionnels. Le suivi des agents commence dès qu’ils arrivent à la mairie : mail de bienvenue, coordonnées de la section. Ensuite, ils peuvent bénéficier d’un coaching individuel avant de passer un entretien, en vue de passer les concours, pour réussir leurs démarches auprès de la DRH : la CFDT offre ainsi un véritable soutien professionnel.

     

s thèmes précis et tient une permanence pour eux le jeudi pendant l’heure du déjeuner. « Lors de nos visites dans les services, nous nous présentons toujours aux cadres avant de commencer notre tournée et leur expliquons notre démarche. Pas question de les court-circuiter ou d’arriver en terrain conquis. Ils savent que nous les respectons », relève Carole, en insistant sur ce point : « Quand nous voulons mettre l’administration devant ses responsabilités, ce ne sont pas les cadres que nous visons. Nous faisons très attention à notre communication dans nos tracts. Les autres organisations syndicales, elles, n’hésitent pas à les insulter ! »

La section s’investit également sur le dossier des Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles). En coopération avec la ville, la CFDT a participé activement à la réactualisation de la charte professionnelle (qui définit leurs conditions de travail aux côtés des enfants et des enseignants). Cette contribution lui a d’ailleurs permis d’obtenir gain de cause sur plusieurs points : dorénavant, dans les écoles de Lille-Hellemmes-Lomme, plus d’obligation de porter une blouse « comme des dames pipi ». Dans les centres de loisirs, les Atsem pourront désormais participer à l’élaboration des projets d’animation si elles le souhaitent. Enfin, le recrutement se fera sur la base de 35 heures et non plus 28 heures comme avant. Une excellente chose pour ces agents chez qui la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre au sein des 41 écoles maternelles de la ville. « Et comme nos meilleurs porte-parole, ce sont nos adhérents, les adhésions se multiplient depuis », constate Halima. Il est vrai que le bouche-à-oreille fonctionne bien. À tel point qu’aujourd’hui, dans les négociations avec une direction, Jean-Claude, Carole ou Halima emmènent deux adhérents du service en question. Ce sont eux qui vont raconter ensuite à leurs collègues ce que la CFDT a proposé, défendu, obtenu, comment et pourquoi. « Et là, c’est le jackpot en matière de nouvelles adhésions ! », sourit Jean-Claude.

La volonté affirmée de faire progresser tous les agents

De l’accompagnement de ses adhérents la section a fait un autre axe fort de son action syndicale. L’objectif est de les aider à avancer dans le maquis des concours, grades, échelons et promotions. « Nous essayons de leur donner cette culture “fonction publique” qui leur manque afin de progresser, résume Halima. On les aide à monter leurs dossiers de VAE [validation des acquis de l’expérience] pour qu’ils puissent évoluer dans leurs fonctions. S’il le faut, on les dépose nous-mêmes à la DRH… Et s’ils ont un entretien d’embauche ou un entretien annuel d’évaluation, on les coache aussi ! » Chaque année, la section effectue un suivi précis des postes disponibles, des départs en retraite, des agents qui passent des concours et accompagne les intérimaires pour qu’ils mettent toutes les chances de leur côté. « Nous savons qui arrive, où, à quelle date et dans quel service. Nous envoyons systématiquement un mail de bienvenue de la part de toute la section et des félicitations aux agents qui ont réussi un concours. On ne les lâche pas, poursuit Halima. Il faut qu’ils voient de l’orange partout ! » Le porte-clés avec un jeton de Caddie CFDT ? Elle a trouvé cela génial. « Le challenge développement avec 2 000 euros de goodies à gagner, c’était une super idée ! On a adoré. » Toutes ces adhésions, l’équipe compte donc maintenant les transformer en voix lors des prochaines élections dans la fonction publique.

La CFDT en ordre de bataille à l’approche des élections

Toute la section est en ordre de marche en vue de bien aborder les derniers mois de campagne électorale. « On a le devoir de réaliser notre rêve et d’arriver premiers », scande Halima. À cette fin, 18 militants se partagent les 7 229 heures de délégation pour exercer leur droit syndical. Tel un escadron volant, ils visiteront tous les services sur la pause méridienne en se répartissant les services en fonction de leur réseau d’adhérents et de sympathisants : administration, sports, police municipale, propreté, parcs et jardins, Ehpad, écoles… Tout est quadrillé. Quatre mille exemplaires du P’tit guide de l’agent public, édité par la Fédération Interco, seront distribués ainsi que des tracts et des fiches métiers, histoire de faire connaître aux agents d’un service les fonctions de leurs collègues dans les autres services et créer du lien entre tous. « C’est important qu’ils aient une image globale du travail des agents dans la ville, qu’ils puissent combattre les préjugés et défendre la notion de service public auprès des Lillois », commente Jean-Claude.

Tout mettre en œuvre pour ne pas perdre une seule voix

Afin de voir tout le monde, les militants engagés dans la campagne ont accepté de ne poser aucun jour de congé entre les vacances d’été et le 6 décembre 2018. Halima en a déjà fait une habitude. Elle est présente pendant les petites vacances scolaires et dès la fin août pour effectuer la prérentrée des écoles. « C’est le seul moyen de vérifier que les agents vont pouvoir accueillir sereinement les enfants le jour J. S’il y a eu des travaux dans l’école, il faut s’assurer que le chantier est fini et que les locaux ont bien été nettoyés par l’entreprise. Il faut veiller à ce que tous les animateurs aient reçu leur affectation et que les agents de restauration scolaire comme l’ensemble du personnel requis soient là afin que la rentrée se passe bien. »

Pour ne pas perdre une seule voix, une deuxième opération commando est prévue trois jours avant le vote : les militants téléphoneront à tous les adhérents et leur rappelleront d’aller voter. À ceux qui sont éloignés ou ne peuvent pas se déplacer, ils proposeront d’aller les chercher (deux d’entre eux possèdent une fourgonnette de 16 places). Et le jour du vote, il y aura du café, du thé et un buffet toute la journée dans le local syndical, où les personnes qui viennent voter pourront se retrouver pour discuter et fêter, on l’espère, une victoire méritée. Car, comme le dit Jean-Claude : « Les élections du 6 décembre, nous, on les prépare depuis décembre 2014 ! »

cnillus@cfdt.fr 

photo © DR

     

Repères

• La mairie de Lille-Hellemmes-Lomme compte 5 112 agents territoriaux pour 279 160 habitants dans les trois communes. Le personnel communal se répartit entre l’hôtel de ville de Lille et dix mairies de quartier. Il est présent dans tous les services municipaux, dont 87 groupes scolaires, 74 équipements sportifs, 20 équipements culturels.

• Aux élections de 2014, la CFDT est arrivée deuxième avec 26,6 % des voix, derrière FO (35,7 %), la CGT (18,9 %) et l’Unsa (18,8 %). Elle compte 708 adhérents.