Avec Adoptelacfdt.com, la CFDT fait un carton chez Accenture !

Publié le 20/03/2019

Pendant plusieurs mois, la section d’Accenture a peaufiné sa stratégie afin de tirer le meilleur parti possible du futur comité social et économique. Avec comme résultat une premièe place renforcée !

           


Entre les espaces décontractés, la déco inspirante et les terrasses végétalisées, c’est un véritable modèle d’entreprise moderne où l’on imagine qu’il fait bon vivre. Le siège d’Accenture, situé dans le nouveau quartier de Paris rive gauche, ressemble à une start-up XXL : la moyenne d’âge des 4 500 salariés est de 32 ans, 95 % d’entre eux sont des cadres, et l’ancienneté moyenne est de seulement six ans.

La CFDT est la première organisation syndicale chez Accenture depuis la fin 2015. Dès janvier 2016, elle s’est mobilisée dans la perspective du scrutin de mars 2019. Il s’agit notamment de faire avec un obstacle de taille puisque le taux de rotation du personnel au sein de l’entreprise tourne autour de 25 %. Près de 20 % des nouveaux embauchés (souvent des jeunes diplômés de grandes écoles) partent au cours de la première année. Beaucoup de salariés appelés aux urnes ce mois-ci n’étaient donc pas là en 2015. Alors du 11 au 29 mars 2019, période des élections professionnelles, le défi relevé par la section est le suivant : s’imposer au CSE avec les voix de salariés qui, majoritairement, votent la toute première fois pour un syndicat d’entreprise.

Une CFDT qui se démarque

     

Communiquer efficacement
adoptelequipecfdt.com est une des accroches du site cfdt-accenture.org, qui pratique une communication résolument décalée, vitaminée et bourrée d’informations déclinant le droit social chez Accenture. En surfant sur les codes de la maison, la section est « dans le ton » et développe avec pragmatisme tous les thèmes qui concernent le quotidien des salariés. Un vrai site ressources, notamment pour les nouveaux venus.

Créer du face-à-face, un enjeu vital
Congé parental, demande de formation, aide au logement, accompagnement lors des rendez-vous avec la direction, préparation personnalisée aux entretiens annuels d’évaluation : l’équipe CFDT d’Accenture a aidé 1 183 salariés en 2018. Elle effectue des sondages réguliers pour faire remonter leurs questions, négocier des accords et créer des événements (petits déjeuners, afterworks, rencontres). Sachant que les salariés passent beaucoup de temps en mission chez leurs clients ou connectés sur leur ordinateur portable, la section tient à échapper au « tout virtuel ».

Monter au créneau
En 2017, Accenture a été condamnée pour non-respect des temps de repos. La section CFDT s’est particulièrement mobilisée sur ce dossier et l’a fait savoir. « Il est important que les salariés comprennent que nous sommes à la manœuvre et sachent que nous sommes capables de monter au créneau. Il y va de notre crédibilité », souligne le délégué syndical central Jérôme Chemin.

     

« Le plus important, c’est de sortir du lot et d’être visibles ! », résume Jérôme Chemin, délégué syndical central. Dans ce domaine, la section a développé un grand savoir-faire : site, blog, vidéos et newsletters diffusent une communication aussi branchée qu’experte, exact reflet de l’entreprise et de ses salariés. Pimenté de la juste dose d’humour – en photos – pour donner envie de s’y attarder, le site regorge d’informations sur tous les thèmes : frais de mission, 1 % Logement, télétravail, bilan de compétences, démission, congé paternité, compte personnel de formation, burn-out… Chaque sujet fait l’objet d’un guide A4 recto verso téléchargeable qui contient tout ce qu’il faut savoir afin de faire valoir ses droits chez Accenture (comment demander, qui contacter…). Plusieurs fois par an, la section organise des événements : petits déjeuners, tea times, colloques, rencontres… « Impossible de dire “On ne vous voit qu’en campagne” car nous sommes les plus visibles ! Lorsque certains nous contestent ce point, nous leur rappelons les rencontres que nous avons organisées et auxquelles ils n’ont pas participé », s’amuse Jérôme, qui ajoute, plus sérieusement : « Plus nous utilisons internet, plus nous devons organiser de vraies rencontres. Dans notre monde hyperconnecté, notre capacité à se parler les yeux dans les yeux et à reconnaître la singularité de chacun est un véritable enjeu syndical. » C’est d’autant plus important qu’Accenture accueille quelque 100 nouveaux embauchés par mois. « Pour eux, nous avons créé une offre spécifique et un véritable service de proximité. À leur arrivée, ils reçoivent un mail avec un guide de la section. Nous leur proposons un jeu en ligne avec l’objectif de les faire passer au local, nous présenter et leur remettre leur cadeau. Nous les recontactons tous au bout de six mois (avant la fin de leur période d’essai) puis au bout d’un an. Et on leur fournit plein d’informations sur le fonctionnement d’Accenture », expliquent Lamiae Nah et Valérie Quehen, membres de la section CFDT.

La polyvalence, atout majeur cultivé par la section CFDT

L’accord sur la mise en place du CSE vient d’être signé. Selon les militants CFDT, si cet accord a permis de « limiter la casse », il offre de faibles moyens à ceux qui prendront des responsabilités (secrétaire, trésorier, membres des commissions). De plus, le CSE va réduire le nombre de représentants de proximité : un seul par établissement secondaire, aucun sur les sites projets (Clermont-Ferrand, Illkirch-Graffenstaden), qui comptent jusqu’à 300 consultants, ni au siège. Au total, le nombre d’élus chute de 36 à 26 personnes.

« L’échelon le plus critique, ce sont les délégués du personnel. À Paris, on passe de 17 délégués, avant la signature de l’accord, à zéro avec la mise en place du CSE. Donc, la seule façon de pallier le manque consiste à tous être des représentants de proximité, afin de continuer à faire notre travail syndical en lien avec les salariés », explique Jérôme. La pratique est déjà de mise au sein de l’équipe : Stéphane, par exemple, élu CFDT au CHSCT, accompagne régulièrement des salariés lors d’entretiens de licenciement ou en cas de rupture conventionnelle. « Le CSE rebat les cartes mais la polyvalence est notre atout », affirme-t-il. Cette organisation non pyramidale, fondée sur les responsabilités de chacun, a un autre avantage : en jouant sur la complémentarité des profils, elle a fait émerger un réseau d’experts. Mutuelle, temps de travail, ruptures conventionnelles… : les militants se répartissent les questions des salariés posées dans la boîte mail de la section, la déclinaison maison de Réponses à la carte, qui garantit un retour (une réponse ou une rencontre) dans les 48 heures.

Depuis deux ans, la section a également renforcé son travail d’équipe en créant le groupe des « engagés », qui rassemble les militants les plus actifs et les plus « mobilisables » pour des événements. Autre particularité : la démocratie participative existe réellement au sein de la section où l’on débat régulièrement, notamment sur les accords à signer. « Et nous ne sommes pas toujours d’accord ! Dans ces cas-là, nous rédigeons nos arguments pour et contre et soumettons l’ensemble à la direction. Celle-ci sait que lorsque nous ne signons pas un accord, ce n’est jamais un refus idéologique de notre part mais une position assumée. Nous sommes la seule organisation syndicale à fonctionner ainsi chez Accenture », commente Jérôme.

Une campagne électorale minutieusement orchestrée…

À l’approche des élections, la campagne s’est déroulée en deux grandes phases. La première : la recherche de candidats, une gageure. Être délégué du personnel est une chose, venir au CSE relève d’une tout autre tâche. Car l’un des effets de la mise en place du CSE, c’est la centralisation des instances à Paris. Au final, la section a tout de même bouclé ses listes avec pas moins de 52 personnes (26 titulaires et 26 suppléants). Elle a en outre élaboré une base de données des votants qui croise la liste des électeurs de 2015 avec celle des adhérents, des sympathisants, des nouveaux arrivés. Une newsletter « spéciale élections » est envoyée à tous les salariés. Depuis le 4 mars, toutes les personnes encore en poste qui ont eu un échange ou un contact, quel qu’il soit, avec la CFDT d’Accenture ont été recontactées par mail (environ 600 personnes) et le seront de nouveau entre les deux tours.

… Et une batterie d’initiatives pour engranger les voix

La section réfléchit aussi à un jeu-concours incitant à voter. Le principe : la personne qui fait voter le plus de monde (quel que soit son vote) sera récompensée. Afin d’engranger des voix, la section a bien entendu abondamment communiqué sur les chantiers majeurs qu’elle souhaite mener à bien une fois à la manœuvre. Parmi ceux-ci, la qualité de vie au travail et l’égalité femmes-hommes sont en tête de chapitre. Et pour finir, le 31 janvier dernier, elle a créé le buzz en invitant Laurent Berger à venir débattre pendant deux heures avec adhérents et salariés. Cela devrait lui porter chance !

cnillus@cfdt.fr

     

Repères

Accenture, spécialisée dans le conseil, propose aux entreprises des solutions adaptées à leur stratégie de développement. Cette société possède plusieurs sites en France (Paris, Toulouse, Sophia Antipolis, Clermont-Ferrand, Illkirch-Graffenstaden), emploie 4 500 salariés à Paris, 6 600 en France et 463 000 dans plus de 120 pays.

• La CFDT était en tête aux élections de 2015. Au siège, à Paris, elle a obtenu 33,93 % des voix, devant la CFE-CGC (28,54 %), la CFTC (19,46 %), la CGT (17,90 %)…

• La section CFDT compte une centaine d’adhérents.