Sommet du G20 à Pittsburgh , le 24 et 25 septembre

Publié le 11/09/2009 à 00H00 (mis à jour le 21/09/2009 à 14H55)
Pour la CFDT, l'emploi doit être la priorité du G20.

Avec la CSI (Confédération syndicale internationale), la CFDT demande la mise en place d’un groupe de travail emploi du G20 sur le même modèle que pour la finance internationale et les paradis fiscaux, groupe dans lequel participeront les partenaires sociaux. Avec le mouvement syndical international, elle demande aussi que le G20 reprenne à son compte le Pacte mondial pour l’emploi adopté par l’OIT (Organisation internationale du travail) et que cette dernière participe au tour de table du G20 au même titre que les institutions financières internationales. De plus, elle estime que l’OIT doit être associée à l’évaluation des mesures adoptées en faveur des pays les plus vulnérables.

Concernant le système financier, les travaux doivent se poursuivre notamment sur les questions de transparence des institutions, de lutte contre les paradis fiscaux, un point sur lequel insiste la CFDT, qui appelle à des mesures efficaces. Elle lance avec un réseau d’organisations partenaires une vaste campagne de mobilisation syndicale et citoyenne à partir du 21 septembre, veille du G20.

S’agissant des bonus, elle estime que ceux-ci doivent être lourdement taxés, et soutient l’initiative pour une taxe sur les transactions financières. La CFDT demande enfin que l’aide aux pays en voie de développement ne soit pas oubliée et que le G20 envoie un signal fort en direction de la conférence de Copenhague sur le changement climatique en décembre.

Ph. R.