Fonction publique : la CFDT confirme sa deuxième place

Publié le 09/12/2014

La CFDT s’impose comme deuxième organisation syndicale à l’issue des élections dans les trois fonctions publiques et réduit le score avec la CGT.

Objectif atteint. Avec un résultat en légère progression par rapport aux précédentes élections (+ 0,1 point), la CFDT confirme sa place de deuxième organisation syndicale dans la fonction publique, à 19,2%. Elle réduit même l’écart avec la CGT, qui reste en tête avec 23%, un score en nette diminution (- 2,4 points). Force ouvrière reste en troisième position à 18,5%.

Les résultats plutôt que la protestation

Le travail intense des militants pour convaincre adhérents et sympathisants de rejoindre leurs listes puis de voter CFDT y est pour beaucoup. Les premiers mots de la secrétaire nationale qui a coordonné la campagne, Jocelyne Cabanal, leur ont d’ailleurs été adressé : « Partout où nous sommes allés, la qualité du travail, l’engagement et l’investissement des militants étaient au rendez-vous. Merci à eux de nous donner les moyens d’avancer et d’honorer ainsi l’action publique. »

Pour la CFDT, ces résultats sont d’autant plus satisfaisants que le type de scrutin ne lui était a priori pas favorable : le vote quasi simultané dans les trois fonctions publiques pouvait favoriser le vote de notoriété – voire de protestation – au détriment du vote sur résultats. « Nous progressons fortement dans les endroits où nous sommes présents, relève Jocelyne Cabanal. C’est la preuve que les agents valident par leur vote notre engagement quotidien à leurs côtés. Que le syndicalisme de proximité, d’écoute, de proposition, d’engagement, de résultat que nous leur proposons les convainc. » Les résultats au niveau des trois fonctions publiques masquent des disparités notables, selon que des espaces de dialogue existent et que la CFDT est plus ou moins bien implantée.

L’abstention en hausse

La CFDT progresse ainsi de 0,4 point dans la fonction publique territoriale, à 22,3%, et dans la fonction publique hospitalière, à 24,8%. Avec des scores très contrastés selon la qualité du dialogue social, elle accuse en revanche en moyenne une baisse dans la fonction publique d’État, où le vote s’est davantage tourné vers des organisations protestataires, signe d’une forme de désenchantement de nombre d’agents. En témoigne également la hausse de l’abstention, passée de 45,4 % à 47,2%. Pour Jocelyne Cabanal, « ces résultats nous confortent dans notre revendication d’ouvrir davantage d’espaces de dialogue social dans les trois fonctions publiques. C’est un encouragement à maintenir le cap pour ces quatre années de mandat et à affirmer plus haut et plus fort notre différence ».

aseigne@cfdt.fr

© Hamilton/Réa