Élections fonctions publiques : toute la CFDT mobilisée

Publié le 22/09/2014

Le 4 décembre 2014, tous les agents et contractuels des fonctions publiques d'Etat, territoriale et hospitalière désigneront leurs représentants.

Engagée dans cette course, toute la CFDT – qu’il s’agisse des militants de terrain, des syndicats, des fédérations, des unions régionales ou de la Confédération – a pris soin de gérer l’effort sur la durée. Les semaines à venir vont en effet être cruciales. Une échéance se profile avant même le scrutin : celle du 22 octobre, date butoir de dépôt des listes – excepté pour la Justice, où la date est fixée au 22 septembre. « Il faut encore mettre le paquet, admet Éric Bercker, de la Fédération CFDT des finances, y compris à la DGFiP [direction générale des finances publiques], qui représente 70 de nos adhérents. »

L’appui du réseau CFDT

Idem à la Fédération santé-sociaux, où l’on reconnaît être encore « concentré sur les listes ». L’effort ne se relâche pas non plus au Sgen (Éducation nationale, enseignement supérieur, recherche) : « Constituer 2 000 listes, pour lesquelles il fallait trouver entre 15 000 et 18 000 candidats, représentait un véritable challenge », indique Franck Loureiro. Pour éviter de réitérer l’expérience de 2011, « où il nous avait manqué 321 listes », le Sgen a choisi de faire appel aux unions régionales et de s’appuyer sur leur réseau. Partant de l’idée que de nombreux adhérents, tous secteurs confondus, peuvent avoir une compagne ou un compagnon enseignant (susceptible d’adhérer et de se présenter sur une liste Sgen), la fédération a sollicité leur concours formellement. Parfois même sous forme de convention de partenariat. « Cela a déclenché un véritable travail interprofessionnel », souligne Franck Loureiro, citant l’exemple de l’Alsace, où l’union régionale a « prêté sa caravane pour circuler dans les écoles. Nos équipes se sentent moins isolées, cela crée une dynamique ». Grâce à cette mobilisation, le nombre de listes constituées est en passe de dépasser celui de 2011. Dans les départements d’outre-mer, une attention particulière a été portée à la création de listes avec des candidats locaux et éviter la prééminence des expatriés – une préoccupation partagée par l’ensemble des fédérations.

   


Le vote des cadres, un enjeu déterminant

« Le vote cadre dans les fonctions publiques est un enjeu important pour la CFDT. Mais, au-delà, il est capital que nous fassions en sorte que la CFDT soit encore plus attrayante aux yeux des cadres. » Jean-Paul Bouchet, secrétaire général de la CFDT-Cadres, a posé les enjeux en ouverture de la table ronde coorganisée le 10 septembre avec l’Uffa-CFDT. La secrétaire générale de la CFDT-Fonctions publiques met en garde : « Si on peut se réjouir que la CFDT soit la première organisation syndicale chez les cadres de la fonction publique d’État, il ne faut pas oublier qu’un tiers des voix cédétistes viennent des cadres d’Orange qui ont choisi de rester fonctionnaires au début des années 2000. » Un réservoir de voix appelé à disparaître du fait du changement de statut de l’entreprise, qui n’embauche plus que sous contrats de droit privé. De même, « dans la fonction publique territoriale, la CFDT est largement majoritaire chez les cadres… qui ne représentent que 10 % des effectifs ». Concernant la fonction publique hospitalière, le scrutin du 4 décembre prendra une forme inédite : pour la première fois, le vote se déroulera dans un collègue unique. D’où, explique Nathalie Canieux, secrétaire générale de la Fédération santé-sociaux, « le gros travail de la fédération, en lien avec la CFDT-Cadres, pour encourager nos équipes à faire une place aux cadres sur les listes ». L’enjeu est d’autant plus important que la CFDT talonne la CGT dans le vote cadre à l’hôpital.
Laurent Berger a quant à lui insisté sur la nécessité d’aller au contact des agents, de tous les agents, pour échanger avec eux sur leur métier, dans un contexte « où la fonction publique doit évoluer pour ne pas aller dans le mur ». Une situation que les cadres de catégorie A comprennent mieux que quiconque du fait de leur situation, parfois synonyme de souffrance, entre des agents déboussolés et une administration trop rigide. C’est pourquoi il faut les « associer au changement, en leur redonnant des marges de manœuvre ».

nballot@cfdt.fr

   

D’une manière générale, les équipes n’ont pas ménagé leur peine durant cette première phase de campagne, dont le bilan, établi par les représentants fédéraux lors d’une réunion le 11 septembre à la Confédération, se révèle largement positif. Les tournées, notamment la tournée confédérale, à laquelle ont participé le secrétaire général et les secrétaires nationaux, ont été très appréciées. « Ça rebooste ! », indique Éric Bercker. Même écho à la Fédération santé-sociaux, qui n’a pas fait relâche cet été, en organisant une seconde tournée dans toutes les unions professionnelles régionales avec pour slogan : « La CFDT est près de vous, même l’été. » À cela se sont ajoutées des initiatives originales (concerts, cafés gourmands), qui ont donné l’occasion d’échanges, « dans un autre style de militantisme. On engage la question des conditions de travail différemment », souligne la responsable fédérale Santé-sociaux Liliane Dassis. La diffusion du carton réponse « Une carte, une idée ! », devant permettre de remonter des propositions des agents sur leurs conditions de travail, a été large. L’outil a été très utile localement, « aidant les syndicats à construire leur campagne », souligne Marie-Odile Esch, secrétaire générale d’Interco. Il a « servi de sésame, permettant d’engager un échange en direct », ajoute Franck Loureiro. Les fédérations ont aussi construit leurs propres outils visant à nouer des contacts avec les agents : diffusion de guides (comme pour Interco ou la CFDT-Défense, qui a édité un Parcours du votant) mais aussi réalisation d’enquêtes (sur l’égalité professionnelle aux Finances, auprès des personnels non enseignants et des enseignants du premier degré pour le Sgen…), dont la restitution a permis de créer du lien avec les individus.

Un « manque d’appétit »

Si la mobilisation est au rendez-vous, le pari du 4 décembre n’est pas encore gagné. Résumant bien la tonalité générale, Francis Moreau, de la Fédération formation et enseignement privé (Fep), explique : « Je suis à la fois confiant et inquiet. Confiant dans les équipes, mais inquiet des résultats du vote. » S’il craint les « bugs numériques » (visiblement, les compteurs du ministère sur le nombre de listes ne sont pas encore au point), il appréhende surtout « un manque d’appétit des personnels pour aller voter ». Dans les établissements hospitaliers, « le climat de tension, lié à la pression mise sur les agents, et les difficultés au quotidien font passer la campagne au second plan », note Liliane Dassis. Ce risque – le désintérêt, conduisant à l’abstention – mais aussi la défiance vis-à-vis des organisations syndicales avaient déjà été pointés dans l’enquête effectuée par TNS Sofres au printemps dernier. La question du gel du point d’indice et du pouvoir d’achat focalisent davantage les préoccupations des agents que l’élection. « Les agents nous renvoient le fait que cela ne changera rien d’aller voter, indique Franck Loureiro. À nous de les convaincre que ce n’est pas en votant pour celui qui crie le plus fort que cela portera le plus de résultats. »

Faire bouger l’action publique

hopital olivierclemen 500Mais pas question de céder au fatalisme ! Ces prochaines semaines seront décisives pour toucher les abstentionnistes, et porter haut les couleurs de la CFDT. Toute l’organisation se prépare dans cette dernière ligne droite. Le Sgen a dépensé une grande énergie dans la réalisation d’une campagne digitale imaginative pour continuer à mobiliser et convaincre de l’importance d’aller voter CFDT : site internet, relais d’« ambassadeurs » (des adhérents actifs sur les réseaux sociaux) et repérage de blogueurs professionnels afin de diffuser largement les idées et messages de la fédération… La Confédération prévoit de son côté de « faire le buzz » grâce à une vidéo humoristique sur le web et les réseaux sociaux. Le secrétaire général, Laurent Berger, contribuera également, par des billets réguliers sur son blog, à évoquer la situation des agents. Tout l’enjeu est là : gagner des voix, oui, mais pour arriver à gagner les moyens du changement. Et, au final, précise Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale, « faire bouger l’action publique ».

epirat@cfdt.fr

Photos © Olivier Clément