Le chiffres du chômage démontrent que la crise n'est pas terminée

Publié le 28/04/2010 à 00H00
Contrairement au triomphalisme affiché par le secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi, les chiffres du chômage publiés pour le mois de mars ne laissent pas apparaître d'amélioration sensible de la situation de l'emploi.

Comme le rappelle Laurent Berger, secrétaire national en charge des questions d’assurance chômage, « le nombre de demandeurs d’emploi en recherche active a globalement augmenté de +0,5% depuis un mois. Depuis le début de la crise, ils sont 25 % de plus dans cette situation ; soit 4 millions de personnes au total ».

La situation des chômeurs de longue durée est encore plus alarmante : avec une hausse de +40% depuis le début de la crise, tandis que le nombre des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans (+30% depuis le début de la crise) est en progression constante. « Ces chiffres atteignent des proportions alarmantes et désormais plus d’un tiers des demandeurs d’emploi sont des chômeurs de longue durée », ajoute Laurent Berger.

La CFDT maintient ses revendications

Face à ces situations et face au risque d’une reprise économique quoi ne se traduirait pas par des créations d’emplois la CFDT continue d’agir et de revendiquer pour assurer un revenu et un accompagnement à chaque chômeur. « La convention d’Assurance-chômage en cours et l’accord sur les fins de droits vont dans ce sens », assure Laurent Berger. Bien entendu, la CFDT demande également que soient prises des mesures structurelles pour sauvegarder et développer l’emploi, « c'est-à-dire, « enforcer les solutions 'former plutôt que licencier' et mettre fin aux heures supplémentaires défiscalisées qui sont un obstacle à l’emploi », conclut Laurent Berger.

Des revendications que la CFDT ne manquera d’exprimer lors du Sommet social annoncé pour le 10 mai.

N.B.

 

photo : Pôle emploi


Communiqué de presse n°26 du 28 avril 2010