La "prime de mille euros", une proposition fortement inégalitaire

Publié le 14/04/2011 à 00H00
L'annonce par le gouvernement d'une prime de 1 000 euros pour les salariés des entreprises qui distribuent des dividendes à leurs actionnaires, n'est pas une réponse aux attentes des salariés en matière de pouvoir d'achat.

Tout en rappelant l’attachement de la CFDT à un partage équitable de la valeur ajoutée, la secrétaire nationale Laurence Laigo insiste que le fait que « les entreprises qui versent des dividendes ne représentent pas la réalité du tissu économique français ». De fait, « l’annonce du gouvernement met de côté une grande majorité des salariés des TPE et PME, ceux des sous-traitants, des entreprises des secteurs non-marchands… ».

Ainsi, la proposition du gouvernement est « est fortement inégalitaire et inadaptée aux besoins des Français en matière de pouvoir d’achat » puisqu’elle sera sans effets réels et durables pour l’ensemble des salariés. Et la secrétaire natioanle d’ajouter que « la CFDT s’inquiète de voir le débat sur le pouvoir d’achat et la contrepartie du travail se porter seulement sur des modalités de rémunération inégalitaires et de court-terme. » Sans compter, conclut Laurence Laigo qu’« elle pénalisera le financement de la protection sociale. »