La CFDT pose ses marques au Forum social mondial

Publié le 10/02/2009 à 17H13
À Belém au Brésil, le syndicalisme international a pu débattre des préoccupations des salariés avec les ONG et les associations.

Après une période d’essoufflement, la nouvelle édition du Forum social mondial a trouvé un nouvel écho face à la triple crise mondiale – financière, énergétique et alimentaire – qui a donné raison à bon nombre de ses prévisions. Elle a rassemblé quelque 130 000 personnes fin janvier à Belém, au Brésil, dans une région située à la lisière de la forêt amazonienne, véritable poumon de la planète menacé par la déforestation. De ce fait, le nouveau rendez-vous de la société civile mondiale a été surtout marqué par des échanges autour d’un autre contenu à donner à la croissance, fondé sur le respect du développement durable et de la biodiversité.

La délégation CFDT, conduite par Anousheh Karvar, secrétaire nationale, et composée de responsables de la Confédération et des fédérations FCE, FGMM et Services1, a pleinement participé aux débats avec les ONG et aux ateliers proposés par le mouvement syndical international. Occasion aussi, pour elle, de consolider ses liens historiques avec la Confédération CUT brésilienne, très présente au Forum, autour de projets concrets d’échanges et pour la construction de droits dans les multinationales.

Le moment fort de cette semaine : l’atelier proposé et animé conjointement par la CFDT, la CUT brésilienne, des ONG françaises ( Éthique sur l’étiquette, Peuples solidaires ) et Prodesc, une ONG mexicaine engagée dans la défense des travailleurs mexicains dans les entreprises de sous-traitance des multinationales de la grande distribution. Appelés à réfléchir sur le thème “ ONG et syndicats du Nord et du Sud : faire progresser les droits des travailleurs de la grande distribution ”, les participants, nombreux à cet atelier, ont pu confronter leurs approches pour garantir les droits fondamentaux des salariés. Ils ont réfléchi aux moyens de se renforcer mutuellement, malgré les obstacles créés par les employeurs.

Poursuivre les échanges et capitaliser les efforts. À l’issue de cet atelier, la Fédération CFDT des services et son homologue de la CUT ( Contracs ) ont décidé de poursuivre leur coopération sur quelques axes prioritaires dans la grande distribution. Il s’agit de réfléchir en commun à l’amélioration des conditions de travail en caisse, d’analyser les apports de la polyvalence des tâches dans les hypermarchés, de combattre la contestation des représentants des salariés dans le secteur ou encore le travail du dimanche.

Enfin, Anousheh Karvar a représenté la CSI lors d’une table ronde organisée dans le cadre du Forum syndical avec les représentants du Parti socialiste européen, de la Coordination des ONG européennes Solidar et des représentants de l’OIT en Amérique latine. Intitulée “ Protection sociale et travail décent : avons-nous les moyens d’établir un État-providence mondial ? ”, cette table ronde a permis d’interroger les lieux pertinents et légitimes – G8, G20, ONU – pour construire une régulation mondiale.

Finalement, le FSM de Belém a montré sa capacité à offrir un lieu de confrontation des analyses des ONG et des organisations syndicales, malgré des dénonciations parfois sommaires des excès du système économique et financier mondial.

(1) Lisa Pécherot, Luc Martinet et Mariano Fandos de la Confédération ; Patrick Pierron, secrétaire général de la FCE, et Marc Blanc, responsable international de cette fédération, Blandine Landas et Sébastien Couderc, de la FGMM, Martine Roy, de la Fédération des services, et Sylvain Macé, DSC de Carrefour.