Emploi, fin de droits, beaucoup reste à faire

Publié le 12/02/2010 à 00H00
Syndicats et patronat se sont retrouvés le 12 février en négociation afin de traiter de l'emploi et de la situation des salariés arrivant en fin de droits assurance chômage.
Les partenaires sociaux ont notamment décidé de prolonger en 2010 la convention de reclassement personnalisé (CRP). «Une décision importante car, hélas, beaucoup de salariés vont connaître un licenciement économique dans les mois à venir » selon Marcel Grignard, secrétaire général adjoint de la CFDT. De même, un consensus s’est dégagé pour une amélioration de l’accompagnement des chômeurs indemnisés avant qu’ils n’arrivent en fin de droits. Cet accompagnement devrait inclure des formations spécifiques permettant de déboucher sur un emploi. Tout en regrettant que ces mesures n’aient pu être définies lors de cette réunion, Marcel Grignard demande que « l’UNEDIC participe à leur financement et qu’elles soient adoptées lors de la prochaine réunion le 20 février ».

En ce qui concerne les chômeurs en fin de droits, la délégation CFDT a rappelé ses revendications : l’assouplissement des règles de l’Allocation de solidarité spécifique et l’élargissement du RSA aux jeunes de moins de 25 ans ayant déjà travaillé. « Ces mesures doivent être financées par la solidarité nationale avec la création d’une tranche d’impôt sur les plus haut revenus », insiste Marcel Grignard. Et de conclure : « Toutes les richesses, en particulier celles échappant à la solidarité du fait du bouclier fiscal doivent être mises à contribution pour aider les chômeurs en fin de droits. C’est ce que dira la CFDT au président de la République lors du Sommet social ».

"La CFDT demande un assouplissement des conditions d'accès à l'ASS"
Le 15 février, un Sommet social pour fixer le cap
Communiqué de presse n°10 du 12 février 2010
Fins de droits : quelques avancées mais l'Etat doit prendre ses responsabilités