Continuons à dire "Stop paradis fiscaux"

Publié le 21/09/2009 à 00H00 (mis à jour le 05/11/2009 à 14H50)
Depuis fin septembre la CFDT participe à une campagne de mobilisation citoyenne et syndicale contre les paradis fiscaux.<br>Plus de 8000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne, rejoignez-les sur le site www.stopparadisfiscaux.fr.</br>

Le G20 de Pittsburgh permettra-t-il de mener à son terme la bataille contre les paradis fiscaux ? Après un premier tour de vis au sommet de Londres, en avril 2009, la société civile entend peser pour que le dossier n’en reste pas au stade des bonnes intentions. Tel est le sens de la campagne 'Stop paradis fiscaux', lancée ce 21 septembre par la CFDT, conjointement avec d’autres organisations syndicales (CGT, Snui, Solidaires) et associatives (Plate-forme paradis fiscaux et judiciaires, Oxfam France-Agir Ici, CCFD, Attac). Pour lutter contre ces véritables 'trous noirs' de la finance internationale, qui drainent chaque année entre 7 000 et 8 500 milliards d'euros, syndicats et ONG lancent un appel commun, relayé sur le site internet 'Stop paradis fiscaux'.

 

 

Agir pour plus de transparence

La spécificité de la campagne est de mettre l’accent sur la capacité de chacun – citoyen, consommateur, militant syndical, élu local ou dirigeant d'entreprise – à agir en signant l’appel et en demandant davantage de transparence. 'Sans la présence des banques et des multinationales des pays du G20, les paradis fiscaux n’existeraient plus, rappellent les signataires : 100 % des entreprises et des banques françaises du CAC 40 y ont des filiales. C’est sur celles-ci qu’il faut agir !' Pour montrer l’exemple, l’intersyndicale des Banques en France, à l’initiative de la CFDT-Banques, incite les élus des comités d'entreprises à interroger leur établissement sur la réalité des activités de leur groupe dans les paradis fiscaux.

Aurélie Seigne