[Vidéo] Top départ pour la campagne Saisonniers

Publié le 24/06/2014

Hôtels, cafés, restaurants, parcs de loisirs, cures thermales, campings, exploitations agricoles, les saisonniers sont partout et la CFDT avec eux pour les informer, les accompagner et les défendre.

C’est parti pour la campagne estivale des saisonniers ! Aux quatre coins de la France, des militants CFDT vont rencontrer, informer, écouter les travailleurs saisonniers de l’agriculture, des hôtels, cafés, restaurant, des parcs de loisir, des cures thermales, des campings, etc. « Le problème récurrent est celui du respect du droit du travail et des conventions collectives, rappelle Pascal Marco, secrétaire confédéral en charge du dossier. C’est donc notre boulot de syndicalistes que d’informer les salariés de leurs droits et de veiller à ce qu’ils obtiennent gain de cause s’ils sont bafoués. »

Principal point noir, le logement

      
    La secrétaire nationale Inès Minin présente la campagne 2014   

Depuis quinze ans que la CFDT mène campagne sur le sujet, ses actions ont déjà porté des fruits, à commencer par un nombre décroissant d’actions juridiques. Mais compte tenu de la population ciblée, il faut sans cesse remettre l’ouvrage sur le métier. « Contrairement à la période 2010-2012, où beaucoup de salariés ayant perdu leur emploi se tournaient vers le travail saisonnier, nous rencontrons de nouveau beaucoup de jeunes, en particulier des étudiants », peu au fait du droit du travail, indique Yannick Ghoris, responsable régional en Nord-Pas-de-Calais, sur la base de l’enquête menée depuis quatre ans auprès des saisonniers de la région.

Avec le non-paiement des heures supplémentaires, le logement reste le principal point noir. Pour y remédier durablement, la CFDT Nord-Pas-de-Calais a initié avec l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) un projet de logements à Etaples (qui jouxte le Touquet), combinant hébergement des saisonniers et des apprentis du lycée hôtelier le reste de l’année. Aujourd’hui, une déclinaison à Lille est à l’étude. « Les loyers sont très élevés. Or le saisonnier travaille pour payer ses études sur l’année, pas pour se loger durant ses deux mois de travail », clame Yannick Ghoris.

Tester de nouvelles pratiques syndicales

Car au-delà des aspects revendicatifs, la campagne Saisonniers est aussi une manière de « tester » de nouvelles pratiques syndicales. « La campagne, c’est une autre manière de faire du syndicalisme, plus ludique, plus conviviale », constate Stéphane Vannson de la CFDT-Lorraine. « Ça permet de donner une image positive de la CFDT, de voir des salariés qu’on ne rencontre pas habituellement. Les militants sont dans la proximité, l’écoute, l’accompagnement. Ils vont à la rencontre d’un monde du travail moins visible que celui auquel ils sont habitués, auprès d’une population plutôt jeune et précaire, dont le vécu nourrit nos revendications. C’est la philosophie même du syndicalisme que nous voulons », analyse la secrétaire nationale Inès Minin.

De la station touristique du Val-Joly, en Nord-Pas-de-Calais aux cueilleurs de myrtilles du Maine-et-Loire, la CFDT sera de la saison dans onze régions de France. L’Uri Nord-Pas-de-Calais va même exporter la campagne hors des frontières hexagonales. Le 17 juillet, les militants se rendront au festival de Dour, en Belgique. La CSC belge y tient un stand chaque année et propose une adhésion gratuite aux travailleurs belges. « De nombreux salariés français leur disent regretter de ne pouvoir adhérer. Ils nous ont transmis 350 fiches de contact. Nous avons donc décidé d’aller y faire un tour afin de voir comment faire à ces jeunes une offre en relation avec ce qu’il attendent du syndicalisme  », explique Yannick Ghoris.

Des saisonniers toute l’année

Reste que la campagne ne se limite pas à l’été. Pas de trêve ni estivale ni hivernale en Midi-Pyrénées où, après avoir négocié une prime d’ancienneté pour les saisonniers des thermes de Luchon dès la deuxième saison, la CFDT planche avec la mairie et les syndicats Santé-sociaux et Interco afin de parvenir à annualiser leur temps de travail grâce à une activité complémentaire l’hiver sur les pistes de ski. Récoltes, vendanges, stations de ski, la campagne se décline en toutes saisons. Côté animation et sport, la CFDT-F3C (Communication, Conseil, Culture) va jouer les prolongations en septembre. « Nous tiendrons des stands lors des forums des associations afin de toucher les animateurs et les encadrants sportifs qui travaillent comme saisonniers mais aussi toute l’année », explique le secrétaire fédéral Rémi Lourdelle.

À chaque campagne, les militants rencontrent aussi des salariés en vacances ou des salariés permanents. Certaines régions en profitent pour distribuer du matériel complémentaire. La CFDT-Lorraine a ainsi jeté son dévolu sur le tract « Quatre ans de nouveaux droits pour les salariés », qui compile les avancées obtenues par la CFDT.

aseigne@cfdt.fr

© Mychèle Daniau/AFP