Budget, les annonces gouvernementales ne sont ni cohérentes, ni justes

Publié le 12/07/2010 à 00H00
Le gouvernement prévoit notamment d'amputer les politiques de l'emploi (baisse du nombre d'emplois aidés et des moyens du service public de l'emploi) au risque d'hypothéquer la relance.

« Les mesures annoncées au compte-gouttes apportent de jour en jour leur lot de mauvaises nouvelles pour les salariés. » Pour Véronique Descacq, secrétaire nationale en charge des questions économiques, les annonces budgétaires du gouvernement « ne sont ni cohérentes ni justes ». En effet, après avoir mis brutalement un terme aux mesures de relance, le gouvernement multiplie les annonces de restrictions budgétaires sans cohérence, ni souci de cohésion sociale. En agissant de la sorte,  « le gouvernement hypothèque les investissements d’avenir et affecte la protection sociale, qui joue son rôle d’amortisseur social en cette période de crise ».

Pour autant, si Véronique Descacq rappelle que « la maîtrise des déficits publics est une nécessité », elle ajoute qu’ « il ne s’agit pas de donner des coups de rabot aveugles. Il faut poser la question de l’utilité économique et sociale des allègements fiscaux dans le cadre d’une vision d’ensemble ». Au contraire, pour la CFDT, « la réduction des déficits et une politique de relance orientée vers davantage de justice sociale sont possibles à condition d’avoir le courage de mener une vraie réforme de la fiscalité en lien avec nos partenaires européens », insiste la secrétaire nationale. Et de conclure : « il n’y aura pas de rétablissement durable des comptes sans une répartition équitable des efforts demandés aux citoyens ».

N.B.