2010, réussir la sortie de crise

Publié le 06/01/2010 à 00H00
François Chérèque vous présente ses voeux pour l'année 2010.

Nous sortons d’une année exceptionnelle, qui nous a exposés à un retournement économique d’une violence rarement atteinte dans l’histoire de ces quatre-vingt dernières années. La CFDT et les autres organisations syndicales ont répondu présent, pour agir auprès des salariés et trouver des solutions pour amortir la crise ( chômage partiel, Fonds d’investissement social, aides fiscales et financières… ). Avec 2010, entrons-nous dans l’année de la sortie de crise ? Pour la CFDT, elle ne sera réellement derrière nous que lorsque le chômage reculera. Or, en dépit des annonces de certains sur l’amélioration, réelle ou supposée, de l’économie, il n’en est rien. Cependant, cette année est capitale pour préparer et réussir la sortie de crise, et même en sortir “ par le haut ”. Pour cela, il nous faut mettre en avant les trois préoccupations principales des salariés. D’abord l’emploi et l’accompagnement des chômeurs, en particulier les plus jeunes. Ensuite les revenus, par des négociations salariales dans les entreprises et les fonctions publiques, et par la prorogation des mesures fiscales et de solidarité que nous avons obtenues par nos mobilisations. Enfin, il nous faut exiger des modifications dans l’organisation du travail, de plus en plus soumise aux exigences financières au détriment de la qualité de vie. La justice sociale devra être le fil rouge de ces revendications. Cela passe par une meilleure redistribution des revenus, et, en premier lieu, par la suppression du bouclier fiscal.

Mais 2010, pour la CFDT, c’est également l’année du 47 e congrès confédéral qui se déroulera à Tours du 7 au 11 juin. Ce moment important de la vie de notre organisation sera l’occasion de démontrer une nouvelle fois que la CFDT sait mettre en conformité ses actes avec ses choix : en effet Tours sera le premier “ éco-congrès ” de la CFDT. Engagée depuis longtemps dans la démarche de développement durable, la CFDT a décidé de l’appliquer à son propre fonctionnement. Au moment où le sommet de Copenhague s’est conclu sur des avancées bien en-deçà de nos attentes et où le gouvernement se fait retoquer son projet de taxe carbone par le Conseil constitutionnel au motif qu’elle n’est pas ambitieuse, cet “éco-congrès” est l’occasion de démontrer une nouvelle fois que la CFDT a une longueur l’avance. L’année 2010 doit nous permettre de la conserver et de l’accentuer.

Meilleurs vœux à toutes et à tous pour cette nouvelle année qui s’annonce chargée mais passionnante.

François Chérèque, secrétaire général