“La vraie combativité c'est d'être force de proposition”

Publié le 26/04/2013
Retrouvez la lettre de Laurent Berger aux adhérentes et adhérents CFDT.

Chères amies, chers amis,

Chaque jour dans les entreprises et les administrations, dans l’actualité, nous constatons tous à quel point le climat économique, social et politique est dégradé dans notre pays. Parler simplement de crise serait réducteur car les mutations que nous vivons seront durables. Personne n’avait vraiment anticipé ces transformations qui bousculent les équilibres économiques et sociaux.

L’actualité récente aggrave encore la crise de confiance dans le politique. Ce climat pesant est dangereux pour la cohésion sociale. Le risque d’une poussée des populismes et des extrémismes est réel.

Face à cette situation, la CFDT ne cède ni au fatalisme ni au renoncement. Elle sait aussi qu’un nouveau modèle de développement est indispensable. Il nous appartient de contribuer à le définir. Il devra articuler le développement économique, le progrès social et le respect de l’environnement. Débloquons la société en plaçant la justice sociale et le progrès pour tous au cœur de nos revendications.

Dans ce contexte, nous venons néanmoins de vivre deux événements positifs pour les droits des salariés et le dialogue social.

Le Parlement vient d’adopter la loi sur la sécurisation de l’emploi. C’est la première bonne nouvelle que je souhaite partager avec vous. La CFDT a été très déterminée dans cette négociation et s’est fortement mobilisée pour obtenir un bon accord pour les salariés. Nous pouvons affirmer que c’est le cas?! Les droits nouveaux obtenus vont permettre la création d’une complémentaire santé pour tous, un encadrement des temps partiels imposés et une plus grande sécurité pour les chômeurs qui retrouvent un emploi.

Ces acquis, les salariés les doivent aux syndicats signataires de l’accord et seulement à eux. Toute la CFDT peut en être fière?! Dans cette période de crises multiples, nous sommes parvenus à un accord ambitieux pour l’emploi en accordant davantage de place au dialogue social dans les entreprises. C’est un plus pour les salariés, nous voulons qu’il soit effectif aussi dans les fonctions publiques.

Deuxième bonne nouvelle?: l’audience syndicale est désormais connue. Pour la première fois, les salariés ont choisi quels syndicats peuvent les représenter. La CFDT arrive en deuxième position avec 26?% des suffrages, dans un mouchoir de poche avec la CGT (26,77?%).

Ces résultats renforcent le syndicalisme que nous portons. Ils sont le fruit du travail quotidien des militants sur le terrain. Bravo à vous pour votre engagement?! Vous incarnez la proximité de la CFDT en faisant vivre sans complexe notre approche du syndicalisme dans les entreprises.

La CFDT est le syndicat implanté dans le plus grand nombre d’entreprises. Il est également celui qui couvre le plus de salariés (99,22?%), dans les branches professionnelles. Nous arrivons en tête chez les cadres et sommes deuxième dans les très petites entreprises et le secteur de la production agricole. Avec vous, je suis fier de nos résultats collectifs.

Source de satisfaction supplémentaire?: les syndicats réformistes sont majoritaires. N’en déplaise à ceux qui prétendaient que l’accord Sécurisation de l’emploi était minoritaire?: les signataires représentent plus de 51?% des syndicats représentatifs.

Un autre challenge s’ouvre à nous avec les élections dans les fonctions publiques en 2014.

D’autres chantiers nous attendent sur les allocations familiales, les retraites,
la qualité de vie au travail, les politiques publiques, la formation professionnelle… Nous les mènerons avec la même détermination pour lutter contre les injustices et protéger les salariés.

Ces deux événements, représentativité syndicale et sécurisation de l’emploi, sont une victoire pour tous ceux qui, comme nous, pensent que la vraie combativité c’est d’être force de proposition et d’apporter des résultats concrets aux salariés. La reconnaissance prochaine du rôle du dialogue social par la Constitution sera un pas supplémentaire vers une nouvelle articulation entre démocratie politique et démocratie sociale. La CFDT l’appelait de ses vœux depuis longtemps.

Forte de ces résultats, fruits de l’action de ses militants, la CFDT doit poursuivre son développement?! La confédération lancera prochainement une campagne d’adhésion. Cette dynamique est essentielle pour nous qui croyons que notre syndicalisme doit être ancré dans la vie des salariés.

Tous les adhérents de la CFDT sont concernés. Collectivement, portés par notre fierté d’appartenir à cette organisation, nous devons proposer l’adhésion autour de nous?! Nos collègues, les sympathisants qui n’ont pas encore franchi le pas, les salariés qui connaissent des difficultés… Tous ont leur place à la CFDT?! Avec eux, amplifions notre action. Parce que nous serons plus nombreux, notre syndicalisme sera plus fort encore?!

Laurent Berger, Secrétaire général de la CFDT