"La RGPP souffre d'un déficit démocratique "

Publié le 30/06/2010 à 00H00
Les 150 mesures annoncées par le ministre du Budget confirment l'objectif réel de la Réforme générale des politiques publiques (RGPP) : une restructuration administrative d'ampleur pour comprimer les coûts.

« Le gouvernement reste sourd à l’interpellation de la CFDT sur le malaise grandissant des agents et sur la dégradation de la qualité du service public, regrette Laurence Laigo, secrétaire nationale en charge de la fonction publique. La perte de sens de leur mission, l’addition de tâches contradictoires font naître un sentiment de désarroi chez de nombreux agents ». Dans ce contexte déjà très difficile, « les nouvelles mesures en rajoutent ! », continue la secrétaire nationale : «  Elles n’ont qu’un seul but, faire des économies et supprimer 100 000 emplois d’ici 2013 dans la logique du non-remplacement d’un départ en retraite sur deux. »

De plus, « la RGPP souffre d’un déficit démocratique ». En effet, comme l’explique Laurence Laigo : « l’annonce de ces mesures par le ministre du Budget comme étant uniquement une contribution au redressement des finances publiques montre que le gouvernement a une volonté affichée de s’obstiner dans cette voie et de contourner les organisations syndicales ». Or, conclut la secrétaire nationale, « pour la CFDT, améliorer l’action publique est un objectif de justice sociale pour l’ensemble de la société. Mais pour réussir ces réformes, le gouvernement doit s’engager dans un dialogue avec les organisations syndicales. »

N.B.