"La représentation des syndicats a progressé au niveau international"

Publié le 22/06/2010 à 00H00 (mis à jour le 24/06/2010 à 08H49)
Guy Ryder, secrétaire général, Sharan Burrow, présidente de la CSI (Confédération syndicale internationale) et Kenneth Georgetti, du Congrès des travailleurs du Canada (CLC) ont présenté, le 21 juin, les grands enjeux du 2e Congrès qui accueille à Vancouver près de 1 400 syndicalistes venus du monde entier et représentant 176 millions de salariés.

« C'est maintenant qu'il faut amorcer les changements, commence Guy Ryder, la crise nous en fournit l'opportunité. Notre mouvement syndical n'a que quatre ans mais il est déjà capable de proposer ces changements. Nous devons par exemple renforcer la représentation du mouvement syndical auprès des institutions internationales ». Des progrès importants ont été accomplis lors de ce premier mandat, notamment au niveau du G20.

« A Pittsburg, nous avons été reçus par neuf chefs d'Etat », rappelle Guy Ryder. « En revanche, ici le Premier ministre nous a reçu 58 minutes, précise Kenneth Georgetti, alors qu'il a passé une journée entière avec les représentants internationaux du patronat ». La représentation des syndicats a également progressé auprès du Fonds monétaire international et de l'Organisation mondiale du commerce. « C'est grâce à nos efforts, commente Guy Ryder, rien ne nous a été donné ».

Mais pour le syndicaliste qui quittera ses fonctions au cours de ce Congrès, le mouvement syndical international doit aussi se renforcer au niveau local. «Consolider les capacités de nos affiliés dans les entreprises pour influer véritablement sur les conditions de travail et les conditions de vie des salariés fait aussi partie de nos objectifs ». Ainsi la journée pour le travail décent du 7 octobre qui est, depuis deux ans, l'objet d'une mobilisation mondiale sera en débat lors de ce Congrès. « Faut-il la poursuivre, l'amplifier ?, interroge le secrétaire général, c'est au Congrès de répondre ».

Didier Blain (de Vancouver) 
 

Au cours de la semaine, le Congrès recevra quelques personnalités ayant des responsabilités au plan international parmi lesquels Dominique Strauss-Kahn; dircteur du FMI, Pascal Lamy, directeur de l'OMC, Cristina Kirchner, présidente de l'Argentines. George Papaandreou, Premier ministre grec devait adresser un message au Congrès en visio-conférence. Juan Somavia, directeur de l'Organisation internationale du travail, souffrant, n'est pas présent pour ce Congrès. Il a été remplacé par Dan Cunniah, directeur de l''Actrav

, la représentation des salariés au Bureau international du travail.