"La délégation CFDT jouera un rôle d'aiguillon"

Publié le 23/11/2010 à 00H00
Anousheh Karvar, secrétaire nationale chargée de la coordination du groupe CFDT au Conseil économique, social et environnemental (Cese), précise les attentes de la CFDT pour la mandature 2010/2015.

Qu’attend la CFDT du mandat qui s’ouvre ?

La grande nouveauté de cette mandature est l’entrée des environnementalistes dans le souci de mieux articuler l’économique et le social, avec les questions d’écologie. Sans oublier l’arrivée, même modeste, de représentants des organisations de jeunesse. De même, le renouvellement aux trois quarts des membres du Conseil et la forte progression de la parité (le Cese compte désormais 44 % de femmes, contre moins de 10 % lors du dernier mandat) sont des facteurs porteurs d’espoir.

Cependant, nous ne pouvons que regretter la politisation à outrance qui n’a pas manqué de marquer la nomination des personnalités qualifiées, notamment des collaborateurs très proches du président de la République. Dans un tel contexte, et même si nous n’avons rien à reprocher à Jean-Paul Delevoye, la manière à peine voilée dont sa candidature à la présidence du Conseil a été orchestrée par l’Élysée peut nuire à la sérénité de cette mandature et à l’image d’un Cese représentant la société civile organisée.

Quelles orientations portera la délégation CFDT ?

Contrairement aux autres délégations, celle de la CFDT a été entièrement renouvelée il y a un an. Cela lui a permis de prendre ses marques et de se familiariser avec le fonctionnement, pas toujours très simple, d’une assemblée – que ce soit à propos des prises de position des divers groupes ou des différents courants qui les traversent.

Renforcée par cet acquis, la délégation CFDT, présidée par Yolande Briand, ancienne secrétaire générale de la Fédération santé-sociaux, sera évidemment très présente sur tous les sujets qui préoccupent le syndicalisme. Mais elle jouera également un rôle d’aiguillon sur des sujets plus vastes, en lien avec les autres composantes de la société civile, associations, experts, et surtout les jeunes et les environnementalistes.

Quels sont le rôle et la place du Cese dans le dialogue social ?

Le Cese doit éclairer les décisions des politiques sur les grands sujets de société. Ce fut le cas à l’occasion de la dernière mandature sur la question du travail du dimanche, par exemple. On ne peut que regretter que l’exécutif comme le Parlement n’aient pas suivi l’avis du Conseil avant de légiférer. Or cet avis prenait en considération l’ensemble des positions exprimées par les parties prenantes, bien au-delà de la “ simple ”confrontation entre salariés et employeurs sur les conditions de travail.

Pour un sujet comme l’autonomie des personnes âgées, le Cese est le lieu où peut être élaboré un rapport afin d’éclairer le débat qui doit s’engager dans les six mois à venir. Sur ce thème comme sur tous les autres, la délégation CFDT, même si elle a toujours recherché l’accord le plus large possible, refusera le consensus mou autour de propositions a minima qui viendraient gommer les divergences de points de vue et d’intérêts des différents acteurs.

Propos recueillis par N. B.