[Dossier 2/2 Les femmes à la CFDT] - “J’avais confiance et j’ai sauté le pas”

Publié le 25/11/2019

Céline Pierre
45 ans - Administratrice salariée à SNCF Réseau.

Celine Pierre emmanuelle marchadourElle définit modestement son mandat comme un « trait d’union entre deux univers », la direction de la SNCF et la CFDT, comme « un pont » entre des revendications sociales d’une part et les orientations économiques de l’entreprise d’autre part : « On participe, on ne décide pas, mais on sème et ça pousse », résume-t-elle. Il s’agit en réalité d’un mandat exceptionnel et très exigeant, qui suppose à la fois de comprendre les enjeux d’une entreprise et ses impacts sociétaux, d’influencer autant que possible certaines décisions et de défendre au mieux l’intérêt des salariés. Depuis 2011, la loi oblige les conseils d’administration à respecter strictement la parité, « une loi ultra-nécessaire sinon il n’y aurait que des hommes ! », commente Céline, qui a pourtant un tout petit peu hésité lorsque la CFDT l’a sollicitée. « Je pensais ne pas avoir assez de temps. C’était en 2007, je travaillais à Réseau ferré de France, qui a fusionné ensuite avec la SNCF. Mais j’avais confiance dans l’équipe CFDT qui me parrainait et, finalement, j’ai sauté le pas. »

Au cours de ce premier mandat, de 2007 à 2012, Céline s’est formée, avec l’appui de la CFDT et de la direction. Chaque entreprise a ses spécificités. Et il faut acquérir des compétences nouvelles, savoir analyser des normes comptables, un budget, la tarification de l’infrastructure ferroviaire, apprécier l’opportunité d’un investissement pour l’entreprise, en soupesant le tout au regard de l’intérêt des parties prenantes – dirigeants, salariés –, et, dans le cas de la SNCF, des problématiques d’aménagement du territoire et d’environnement… « J’ai même pu concilier ce premier mandat avec mes deux congés maternité et je me suis représentée en 2012, tête de liste cette fois ! sourit Céline. Et, depuis un an, j’ai repris mon poste de chargée de projets à mi-temps, car je ne veux pas être déconnectée du terrain. C’est important d’être une salariée comme les autres. »

cnillus@cfdt.fr

©Emmanuelle Marchadour