Identification

cfdt.fr

 
  • Pourquoi adhérer

    Pourquoi adhérer ?

    L’adhésion est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veulent rejoindre la CFDT.

    Etre adhérent à la CFDT permet :

    - de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS* CFDT,
    - d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

    à noter que

    Les adhérents de 3 régions : Auvergne, Nord-Pas de Calais, Rhône-Alpes peuvent bénéficier du service à l'adhérent "réponses à la carte" par téléphone. Le service répond à toutes les questions liées au parcours professionnel et à ses impacts sur la vie au travail et hors travail - Ce service expérimental, ouvert en décembre 2011, sera disponible durant toute l'année 2012.

    Etre adhérent à la CFDT permet d'être acteur de la vie CFDT :

    - en participant aux débats et aux actions proposées par l'organisation,
    - en représentant la CFDT au sein de votre entreprise ou en étant candidat aux élections représentatives du personnel.

    Pourquoi est-ce important d'être
    toujours plus nombreux à la CFDT ?

    En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.

    C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés
    quelles que soient leur profession, leur situation.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT sera entendue et légitime face aux employeurs.

    ADHÉRER EN LIGNE
  • Adhérer en ligne
  • Espace adhérents

Boîte à outils

  • Chercher
  • Outils
  • Agenda
  • Presse
  • Annuaire
  • Contact
  • Les Sites
    Cfdt
  • Par région
  • Par métier

Salle de presse > Au coeur des sections syndicales

    partager

  • envoyer par e-mail

Bosch Rodez

publié le 22/02/2013 à 14H14 par Philippe Portier

La CFDT contre le blocage des négociations

Premier employeur privé du département, et l’un des dix plus gros de la région Midi-Pyrénées, l’usine Bosch d’équipement automobile d’Onet-le-Château, tout près de Rodez (Aveyron), qui emploie plus de 1 540 personnes, est spécialisé dans les moteurs diesel. La direction allemande entend supprimer 117 emplois et propose en contrepartie de transformer l’une des lignes de production pour fabriquer une génération plus moderne d’injecteurs et améliorer la compétitivité du site afin de le rendre pérenne au moins trois, voire cinq, années. L’investissement est suspendu à la signature d’un accord permettant de réduire les coûts de 9,2 millions d’euros par an. Avec l’érosion démographique naturelle, l’effectif sera de 1 164 ETP en 2020, le seuil de viabilité sera atteint.

La CFDT-Bosch Rodez, qui appelait et continue d’appeler à l’engagement sans tarder de négociations permettant la sécurisation des emplois et du site, ne peut que regretter un blocage des négociations, conséquence de l’attitude des autres organisations syndicales du site. Ce blocage n’aura servi à rien puisque le seul engagement de la direction c’est de garantir un seuil d’effectif à 1 425 personnes en 2015… ce qui était déjà le cas avant le blocage ! Selon la CFDT-Bosch Rodez, la diminution du nombre de salariés sur le site doit passer essentiellement par des plans préretraite (qui concerneraient 92 personnes), des aides aux projets personnels.

 

cfdt.fr